Budgets conséquents, ressources internes suffisantes : il serait facile de penser que l’innovation dans l’agroalimentaire est une affaire de grands groupes. Pourtant, nombre de PME et de start-ups se distinguent également sur la question : expertes sur un savoir-faire scientifique, ou disruptives face aux modèles traditionnels, ce sont des vrais professionnels de l’innovation… jusque dans les méthodes. Eviter les retards des lancements de produits, s’assurer de trouver son marché, cultiver la créativité de vos équipes… Face à la méthode classique, inspirez-vous des méthodes agiles d’innovation des start-ups et notamment du « lean startup ».

 


Le lean startup ?

« Cette start-up a tout compris ! Pourquoi personne n’y avait pensé plus tôt ? » Voici une réflexion qu’il m’arrive assez souvent lors des pitchs des start-ups candidates à AcceleRise. Comment font-elles pour déceler ces idées et y apporter ces solutions innovantes, mais également si évidentes ?

Réponse : le Lean Startup. Une méthode lancée en 2008 par l’entrepreneur américain Eric Ries et basée sur le principe du « développement par la clientèle » et de l’apprentissage par itérations.

Bien évidemment, le lean startup n’est pas la solution miracle. Mais c’est une méthodologie qui a fait ses preuves dans l’univers de la création et de l’entrepreneuriat : Dropbox a par exemple été créé selon ce modèle. Parce que l’idée est d’aller vite et d’agir façon agile, c’est une méthode qui permet d’innover sans investir inutilement en temps et en argent, et de mettre rapidement sur le marché un produit qui trouve ses consommateurs. De quoi mériter votre attention.

 

Observer : l’environnement, les clients, l’usage

Au cœur du lean startup, on trouve l’observation de « la vraie vie ». Il s’agit de sortir des bureaux pour se confronter à sa clientèle, à son marché, aux problématiques qui peuvent exister pour en tirer des conclusions et des idées de produits ou de services innovants et utiles. Partir d’une problématique à laquelle vous êtes vous-même confronté est typique de la méthode de lean startup : c’était tout d’abord pour un besoin personnel que Raodath Aminou a fondé la start-up anti gaspillage alimentaire Optimiam (lire ici).

Plus et mieux vous connaitrez votre environnement et votre marché, plus vous irez vite (et bien) dans la création de votre produit ou service innovant. Celui-ci, avant d’être définitif, passera par le « MVP» (pour minimum viable product, ou en français, produit minimum viable) : sorte de prototype, il s’agit d’un produit pour lequel seules les fonctionnalités indispensables ont été développées (et éviter ainsi de dépenser inutilement temps et argent si le produit ne convient finalement pas…). Présenté et testé auprès des clients, le PMV permet d’avoir un retour rapide et réel de l’utilisation ciblée, pour valider ou non vos hypothèses et, selon, faire évoluer votre idée.

Avec la méthode de lean startup, on se confronte donc au marché sans passer par les étapes traditionnelles d’hypothèses de ventes et de croissance, de validation par études de marché, et de conception sophistiquée pendant plusieurs mois par la R&D. L’ordre des étapes du lean startup est plutôt choquant pour les habitués aux méthodes traditionnelles : observation, construction de l’innovation, mesures, et apprentissage.


Apprendre pour rebondir

Car l’apprentissage a un rôle essentiel dans la méthode de lean startup. D’ailleurs, les étapes qui précèdent (observation, construction, mesures) ne sont là que pour servir l’étape de l’apprentissage.

Il est possible que vous découvriez que votre produit ne correspond finalement pas exactement aux attentes. Ou que cet autre public serait plus pertinent que celui envisagé à l’origine. Que votre design n’est pas facile à utiliser. Que vous pourriez aller encore plus loin. Chaque apprentissage de ce type est considéré, selon la méthode lean startup, comme un « pivot » : l’occasion d’améliorer votre innovation, de mieux répondre à votre marché.

Cette méthode dite d’apprentissage par itération offre une grande flexibilité et permet d’apporter des corrections et des suggestions rapidement…. Pour vous éviter un échec de mise en marché ou un besoin de reprendre des mois (voire des années) de développement R&D !

 

Pour aller plus loin

Approche vertueuse de l’innovation, la méthode lean startup est applicable à toutes les entreprises, petites et grandes, et permet de sortir d’un modèles segmenté freinant parfois la créativité. Construire, mesurer, apprendre : c’est un triptyque gagnant que nous  explorons au contact de nos start-ups et mentors d’AcceleRise, notre programme d’accélération foodtech. Pour en apprendre plus sur cette méthode ou sur AcceleRise, contactez-moi (christophe.breuillet@vitagora.com) ou consultez le site internet http://accelerise.vitagora.com/.

A lire également :

Christophe Breuillet

Directeur de Vitagora, Christophe oriente la stratégie de développement et les missions du Pôle. Ses domaines d’expertise : le développement d’entreprise, la croissance à l’international, les stratégies d’influence… en bref, le business, sous tous ces angles ! Voir tous les articles de Christophe

 




Ne loupez pas les alertes, abonnez-vous au blog :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Image CAPTCHA

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Mentions légales