01 sept. 2015

Mesurer l’impact de l’alimentation sur le bien-être des personnes : des outils innovants au service de la R&D et du marketing

Alimentation santé. Crédits Photo : FreePik.

« Que ton aliment soit ta seule médecine ». Cette maxime d’Hippocrate n’est plus que jamais d’actualité. Aujourd’hui, plus de 6 Français sur 10 se disent soucieux de l’impact de leur alimentation sur leur santé (Source : Agroalimentaire News, d’après sondage IPSOS réalisé en juin 2014)… et 81% des Français « pensent qu’une alimentation variée, saine et équilibrée est le critère le plus important pour préserver sa santé » (Source : baromètre sur les Français et l’alimentation d’OpinionWay pour l’Ania, 2015). Mais l’appréciation de son alimentation par un consommateur ne se résume jamais à sa valeur « santé » de manière isolée : il faut également, et nécessairement, l’associer aux valeurs « goût/plaisir » et « confiance » (environnement, sécurité…). Un concept résume cette appréciation positive de l’alimentation : le « bien-être » (à lire également).

De l’alimentation à l’appréciation du bien-être, nébuleuse au premier regard, le chemin ne semble pourtant pas facile à tracer… Comment le mesurer ? Et comment corréler les choix alimentaires au bien-être physique et mental d’une personne saine ? Des questions complexes qu’il convient d’étudier avec le plus grand sérieux scientifique. Pendant 4 ans, ce fut l’objectif d’innovation du projet BALI (pour Bien-être par l’ALImentation). Résultat : des outils de mesure du bien-être par l’alimentation, inédits au monde, qui constitueront des armes pour le développement et le marketing des produits alimentaires.

Evaluer le bien-être par l’alimentation : un questionnaire inédit

Premier outil développé par le projet BALI* (voir plus bas pour en savoir plus sur ce projet) : un questionnaire constitué de 134 items, et validé d’un point de vue statistique et mathématique, qui évalue la perception du bien-être des consommateurs obtenu par leur alimentation.

La construction de ce questionnaire a nécessité en premier lieu de mettre en évidence tous les bénéfices vecteurs de bien-être par l’alimentation perçus par les consommateurs, c’est-à-dire :

  • Les bénéfices liés au plaisir
  • Les bénéfices liés au bien-être ressenti physiquement, comme le confort digestif, la vitalité, la qualité de sommeil, etc.
  • Les bénéfices liés aux croyances, et qui ne sont pas perçus immédiatement mais qui induisent un rapport positif à l’alimentation (« je crois que cet aliment va me permettre d’être en bonne forme pour X ou Y raison »).

Chacune de ces dimensions, synthétisées ici en trois grandes parties mais approfondies de façon plus complexe dans les travaux de recherche, apporte un éclairage complémentaire pour caractériser le bien-être par l’alimentation.

« Ce questionnaire, validé depuis quelques mois seulement, donne d’ores et déjà des résultats très prometteurs », commente Michel Rogeaux, Expert en Science du Consommateur chez Danone, et partenaire du projet BALI. « Désormais, nous sommes capables de mesurer le lien existant entre le plaisir, la santé, et l’alimentation, pour évaluer la progression globale du vecteur « bien-être » selon le comportement, l’environnement, et les choix alimentaires d’une personne. L’alimentation devient dès lors, et de façon scientifiquement prouvée, un important vecteur de bien-être. Une avancée très prometteuse pour l’industrie agroalimentaire. »

Le bien-être par l’alimentation s’exprime dans le sang !

Habituellement, les biomarqueurs (c’est-à-dire, des caractérisations sanguines tels que le dosage des défenses anti-radicalaires, des acides gras, etc.) sont utilisés pour mesurer l’état de santé chez les personnes malades. L’idée du projet BALI était ambitieuse : montrer la corrélation entre les résultats du questionnaire évoqué ci-dessus et des paramètres sanguins – une mission d’autant plus audacieuse qu’elle concerne les personnes saines (et pour qui il n’est pas évident d’affirmer qu’elles « se sentent mieux »).

A ce jour, pas moins de 50 biomarqueurs différenciants, qui démontrent une variation de sensibilité de l’état des personnes au bien-être, ont été identifiés sur une population dite « saine ». Plus remarquable encore, c’est la corrélation entre les dimensions du questionnaire, les dosages sanguins réalisés, et la perception des états de bien-être par les consommateurs. En d’autres mots : si vous vous sentez bien grâce à votre alimentation, votre sang nous le révèlera ! Une avancée scientifique incontournable pour progresser sur la recherche et la compréhension des mécanismes du bien-être par l’alimentation.

Un événement pour découvrir ces outils innovants

Le symposium « BALI » (pour Bien-être par l’ALImentation) se tiendra les 24 et 25 septembre 2015 à Dijon. Dévoilant les résultats du projet d’innovation du même nom, cet événement proposera conférences scientifiques et ateliers pratiques, et exposera pourquoi et comment ces outils de mesure du bien-être par l’alimentation ont été construits. Un événement exceptionnel, en présence de l’intégralité des partenaires du projet*, pour découvrir ces outils inédits au monde et très prometteurs pour appuyer la R&D et le marketing des industries agroalimentaires et de la nutrition, mais également pour les pouvoirs publics et les professionnels de la santé.

* Les partenaires du projet BALI : CEN Nutriment, CEN Biotech, Danone, ESC-Lessac, Lu-Mondelez, Mapi, Merck Médication Familiale, Lara Spiral, Lesieur, Roquette, Senoble, SEB, Sodexo, UMR NutriNeuro. Le projet BALI est un projet labellisé par Vitagora, impliquant un comité scientifique de renom (Jean-Michel LECERF - Institut Pasteur Lilles, Isabel URDAPILETTA - Paris V, Anne DUPUY - Université TOULOUSE), et financé par le Fonds Unique Interministériel (FUI), le FEDER, le Conseil régional de Bourgogne, le  Conseil Général de Côte d’Or, et le Grand Dijon.

0 commentaires

Partagez votre opinion

Nous utilisons des cookies afin de mesurer l’audience de notre site et d'optimiser votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la politique d’utilisation des cookies.

J'ACCEPTE EN SAVOIR PLUS