18 juil. 2017

Emballages comestibles et consommation nomade : le duo gagnant

Crédits photo : http://www.tassiopee.com


Les Français seraient 41% à prendre un repas sur le pouce au moins une fois par semaine
 (source : étude IPSOS/Vitagora 2015 – accéder à l’étude ici). Cette situation, je l’ai souvent vécue : pas eu le temps de préparer mon « tup » la veille, une petite halte dans un commerce de proximité, et me voilà prête à déguster ma salade-repas. Si l’offre de produits s’est bien étayée ces dernières années, il reste encore des points d’amélioration (histoire de ne pas s’ennuyer) : limiter les emballages, compléter par un petit café, par exemple. Bonne nouvelle : le développement des emballages comestibles ouvre une voie d’innovation très pertinente pour cette « pause lunch ».

Le prêt-à-consommer : une tendance indéniable

La tendance du prêt-à-consommer s’invite de plus en plus à nos tables, que ce soit en kits repas ou en formats snacking (sandwich, etc.). Dans notre étude menée avec IPSOS en 2015, nous avons vu que 41% des Français déjeunent sur le pouce au moins une fois en semaine (du lundi au vendredi), à 53% pour des raisons de manque de temps à consacrer (« Je suis pressé, je n’ai pas le temps de prendre un vrai repas »).

En conséquence, l’offre de prêt à consommer s’est largement développée : salades complètes associées à un dessert, pâtes en sauce à réchauffer, bocaux de plats mijotés, variétés de sandwichs, bagels, burgers, souvent proposés en « menus » avec boissons et dessert, foodtrucks mobiles à l’offre diversifiée, etc. Pour autant, l’offre « nomade » pêche encore sur plusieurs aspects : l’équilibre nutritionnel (offre jugée « non satisfaisante » à 44%), la ressemblance à un vrai repas (à 40%) par exemple.

Le packaging : un élément clé du prêt à consommer

En matière de produits prêts à consommer, le packaging joue un rôle essentiel. Il doit répondre aux qualités suivantes, estimées prioritaires pour les consommateurs selon leurs réponses à notre étude prospective IPSOS/Vitagora :

  • Conserver la fraîcheur (44%)
  • Permettre de manger facilement (42%)
  • Être facile à ouvrir (40%) et à manipuler (39%)
  • Être facile à transporter (38%)

Et si le critère « recyclable » n’arrive que plus tard avec 22%, 62% des personnes interrogées le considèrent, si non prioritaire, tout de même « important ».

L’opportunité des « accessoires-repas » comestibles

Et si le moyen de répondre à ces problématiques résidait dans les emballages comestibles ? Plutôt que d’emballages, je préfère en fait parler de contenants et d’accessoires (la différence principale est que l’emballage a un objectif premier de sécurité sanitaire et alimentaire – nous en parlions ici– ce qui n’est pas nécessairement le cas des autres). Voyez ces quelques exemples :

  • La start-up Tassiopée, accompagnée par le programme FoodTech AcceleRise a développé une tasse à croquer. Suffisamment épaisse pour pouvoir contenir du café chaud sans se brûler (et sans que le biscuit ne fonde !), mais suffisamment croquante pour l’aspect gourmand, ce produit associe le moment « café » de fin de repas au dessert… et limite les déchets chez les commerçants de produits prêts à consommer.
  • WisePack innove avec des doses énergétiques et hydratantes comme alternatives aux bouteilles d’eau en plastique. Oscar de l’emballage 2015, la start-up, adhérente de Vitagora, se fait remarquer : elle a épuisé tout son stock d’échantillons en un temps record au marathon de Paris 2017 !
  • La start-up Koovert se positionne non pas sur les contenants, mais sur les couverts qui accompagnent les repas prêts à consommer. Fabriqués sur une base céréalière, ils apportent une petite dose de féculents lors du repas, sont solides et résistent à l’eau.
  • D’autres exemples encore : les gobelets comestibles de Loliware aux USA, le yaourt emballé dans une coque comestible WikiPearls, ou même le papier comestible de l’Atelier Au Poêle pour des cornets de frites, menus ou conseils de dégustation… à déguster !


Des innovations portées par des start-ups et qui ouvrent la voie à une offre de produits prêts à consommer encore plus aboutie, comestible dans sa totalité. 
Pour aller plus loin sur le sujet, inscrivez-vous au Vitagora Café sur la « Pause Lunch : repas, boissons et emballage » qui se tiendra à Lons-le-Saunier le jeudi 12 octobre en m’écrivant à : eva.chance@vitagora.com ou en téléchargeant ici le calendrier de nos événements de la rentrée.

Vous pouvez également en apprendre plus sur notre étude prospective Vitagora/IPSOS 2015 « Les opportunités de l’alimentation prête à consommer » en cliquant sur le document ici.

 

0 commentaires

Partagez votre opinion

Nous utilisons des cookies afin de mesurer l’audience de notre site et d'optimiser votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la politique d’utilisation des cookies.

J'ACCEPTE EN SAVOIR PLUS