16 mai 2017

Packaging : la traçabilité intelligente, du champ à l’assiette

Étiquettes de légumineusesLa traçabilité : à travers toutes les étapes de transformation d’un produit alimentaire, du champ à l’assiette, c’est la solution pour regagner la confiance des consommateurs. De la production des matières premières à la transformation, au transport, à l’entreposage, à la vente au détail puis à l’achat par le consommateur final… Si certaines entreprises fonctionnent encore au papier et stylo, les nouvelles technologies permettent un suivi plus global, plus efficace, et en temps réel de la traçabilité des produits.

Dans notre dossier de veille FOCUS « Traçabilité nutritionnelle et organoleptique du champ à l’assiette » (exclusivité adhérents, à retrouver ici), nous donnons les clés des avancées scientifiques et technologiques en terme de traçabilité intelligente, pour guider votre modernisation et vos innovations en ce sens. Codes-barres, étiquettes radiofréquences (RFID), biocapteurs, blockchain… De l’emballage, la traçabilité arrive directement sur le produit. Voici un extrait de ces nouvelles techniques.

Les codes-barres

Le code à barres est le vecteur de traçabilité le plus répandu. Son premier atout ? Un coût, pour la technologie en elle-même tout comme pour ses lecteurs.

Mais son inconvénient ? Une lecture aux paramètres contraints : pas d’obstacles possibles, pas de possibilité d’effectuer plusieurs lectures au même moment, distance maximale de quelques centimètres, etc.  En plus, s’il est bien possible de stocker des informations dans les codes-barres, il est impossible de modifier cette information sans changer de code- barres. Mais l’innovation progresse ! Après les codes-barres sur l’emballage, voici venu le temps des codes-barres ADN : un code-barres « pulvérisable » directement sur les aliments pour les tracer tout au long de leur cycle de vie. Pour en savoir plus sur le fonctionnement de ce code-barres nouvelle génération, téléchargez ici notre dossier Focus (exclusivité adhérents).

Les étiquettes radiofréquences (RFID)

Contrairement aux codes-barres, la technologie RFID permet une lecture à distance qui va de quelques centimètres à quelques mètres, et qui autorise la lecture à travers la matière. En plus, il est possible de modifier en temps réel l’information disponible.

Le plus gros inconvénient de cette technologie ? Son coût, surtout par rapport aux codes-barres. Mais également la complexité de sa mise en œuvre, surtout dans une chaîne de production avec de nombreux acteurs, chacun devant l’adopter de manière sûre pour qu’elle fonctionne efficacement.

Les biocapteurs

Les biocapteurs sont des dispositifs électroniques où un bio-récepteur (par exemple, une enzyme, un anticorps ou un acide nucléique) permet de détecter des molécules. Ces dispositifs intelligents sont capables de cribler rapidement des échantillons biologiques : une avancée considérable pour la sécurité et la traçabilité alimentaire, qui se réalise ici directement sur l’aliment et non plus depuis leur packaging.

Films intelligents, indicateurs colorimétriques de pH, indicateur chromogénique pour évaluer la fraîcheur des aliments : les innovations se développent (à découvrir en détail ici pour nos adhérents) et laissent envisager des applications prochaines du côté de l’industrie agroalimentaire.

La blockchain : révolution de la traçabilité

C’est le mot tendance de 2017… Mais qui sait vraiment définir le concept de blockchain ? Si on l’entend souvent pour l’innovation du secteur bancaire, ce sont bien l’ensemble des industries qui sont concernées par sa révolution. Défini selon Bpi (lien ici) comme « une technologie de stockage et de transmission d’informations », il est difficile de croire que la blockchain n’existe pas déjà. Mais non : bpi ajoute que « la blockchain a le potentiel pour remplacer la plupart des « tiers de confiance » centralisés et initier la plus grande révolution sociétale depuis la création d’Internet ».

Pour l’agroalimentaire, cela signifie de pouvoir remonter de façon immédiate et sans intervention d’acteurs tiers (le système étant crypté) aux informations de traçabilité d’un aliment. La solution technique pour prouver, sans que doute ne subsiste, que votre produit provient d’un circuit local, est constitué de tels ingrédients, etc. Fiabilité, agilité et réactivité (notamment en cas de contamination), confiance… : un outil au potentiel très puissant et décidément intelligent.

Pour aller plus loin

Pour en savoir plus sur ces technologies et les innovations du secteur, téléchargez ici notre dossier Focus : « Traçabilité nutritionnelle et organoleptique du champ à l’assiette » (exclusivité adhérents). Si vous n’êtes pas encore adhérent mais souhaitez échanger sur ces sujets, ou si vous êtes une start-up et que vous développez une solution innovante de traçabilité alimentaire, contactez-nous pour en savoir plus sur notre programme d’accélération dédiée à la FoodTech : envoyer un e-mail à mon collègue Stéphane Ollagnier, assistant Développement des Entreprises : stephane.ollagnier@vitagora.com.

Pour ma part, j’attends vos suggestions de sujets de veille : envoyez-moi vos idées sur chanmony.loeng@vitagora.com.

0 commentaires

Partagez votre opinion

Nous utilisons des cookies afin de mesurer l’audience de notre site et d'optimiser votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la politique d’utilisation des cookies.

J'ACCEPTE EN SAVOIR PLUS