03 oct. 2017

Vin et gastronomie : un duo qui coule de source

 Vin et gastronomie


« Ceux qui s'indigèrent ou qui s'enivrent ne savent ni boire ni manger, » énonçait Brillat-Savarin dans Physiologie du Goût, célébrant le comportement des fins-gourmets qui savent marier avec justesse et équilibre, le vin et la gastronomie. Les 15 et 16 novembre prochains, la Chaire UNESCO « Culture et traditions du vin » de l’Université de Bourgogne organise à Dijon, en partenariat avec Vitagora et Dijon Métropole, un colloque international intitulé « Vin et la Gastronomie : regards croisés ». Un programme riche en conférences d’experts qui s’intègre dans l’animation culturelle de Dijon, Cité internationale de la gastronomie et du vin. Mme Jocelyne Perard, présidente de la Chaire UNESCO Culture et traditions du vin et co-présidente du comité d’orientation stratégique de la Cité internationale de la gastronomie et du vin, nous éclaire sur le choix de la thématique et sur le programme.

Pourquoi « vin et gastronomie » ?

Pour Jocelyne Perard, la gastronomie est multiple et peut se trouver partout : « on peut bien sûr faire de la gastronomie chez soi, et avec une cuisine relativement simple. » A l’image des 67% de Français qui cuisinent pour avoir de « bons petits plats » (source : IPSOS 2017). « Ce qui distingue une bonne cuisine d’une cuisine gastronomique, même faite-maison, c’est aussi la recherche de l’accord entre les  mets et les vins », ajoute Mme Perard, qui est également la première femme à  avoir présidé le Tastevinage  au Clos de Vougeot.

D’ailleurs, pour 73% des jeunes Français, le vin est associé au repas (source : IFOP 2016) et pour 67% d’entre eux, le vin est un élément de l’art de vivre à la française (en apprendre plus dans notre Observatoire des Tendances n°17). Une association évidente, donc, même pour les jeunes consommateurs.

D’où l’intérêt de placer, dans le programme de cet événement, les vins et la gastronomie en « regards croisés » : évolution des liens entre gastronomie et vins de l’Antiquité à nos jours, exemples géographiques et de territoires, interculturalité des accords mets et vins, etc. Téléchargez le programme complet ici.

 

Des tendances à la loupe

Mme Jocelyne Perard me le rappelle : ce colloque s’intègre avant tout dans l’animation de Dijon comme Cité internationale du vin et de la gastronomie. Il s’agit donc de s’adresser aux académiques mais également au monde professionnel, et notamment industriel pour s’adresser au plus large public. D’où le choix de conclure la journée par une table ronde sur les tendances : « les imaginaires du boire et du manger au 21e siècle ».

« Les intervenants à cette table-ronde, d’horizons très variés avec la présence d’un chef étoilé, une journaliste, une chercheuse, un sommelier, et une chargée d'analyses en tendances agroalimentaires, échangeront leurs point de vue sur la tendance de la bistronomie et de la premiumisation, sur l’incursion du bio – et plus particulièrement, du vin bio – dans la gastronomie, sur les modes de consommation actuels et sur l’évolution du rapport au vin et à la gastronomie des jeunes générations. »  

Une veille indispensable pour identifier des thématiques de travail de la Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin… et pour innover de façon pertinente au carrefour du « boire et du manger » !

 

Pour en savoir plus

Le colloque international vin et gastronomie se tiendra les 15 et 16 novembre à Dijon. Clôture des inscriptions le 31 octobre. Programme et contact à retrouver ici.

Pour aller plus loin sur les nouveaux comportements des consommateurs en lien avec le vin et les autres alcools, téléchargez ici l’Observatoire des Tendances n°17 (exclusivité adhérents).

0 commentaires

Partagez votre opinion

Nous utilisons des cookies afin de mesurer l’audience de notre site et d'optimiser votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la politique d’utilisation des cookies.

J'ACCEPTE EN SAVOIR PLUS