16 oct. 2018

2 avantages clés à innover dans votre supply chain en agroalimentaire

 

 

Pour vous, industriels de l’agroalimentaire, la maîtrise des flux de marchandises est essentielle. De votre approvisionnement en matières premières à la distribution de vos produits finis, la périssabilité des denrées alimentaires s’ajoute à d’autres contraintes (réglementations, prix du carburants, impératifs de distribution…).

D’autre part, vous êtes aussi confrontés aux exigences croissantes des consommateurs (produits frais et locaux, connaissance de l’origine des produits…) ainsi qu’aux nouveaux canaux de distribution : e-commerce, livraison à domicile…

La logistique ne doit pas être réduite à une simple façon de répondre à ces contraintes : pensez-la aussi comme un levier de croissance et d’innovation, facteur d’amélioration et de différenciation pour votre entreprise. Repenser votre supply chain, c’est vous inscrire dans une démarche de baisse des coûts et de satisfaction du consommateur. Dominique Cagnon, fondateur de la start-up Biotraq, en est convaincu.

Pourquoi innover en supply chain ? (et pourquoi cela vous concerne encore plus dans l’agroalimentaire)

Approvisionnement, stockage des matières premières, stockage des produits intermédiaire, transport et livraison des produits finis : la bonne santé de votre entreprise dépend en grande partie de la bonne gestion de votre supply chain.

Saviez-vous que 30% de la production alimentaire mondiale est perdue chaque année, soit 1000 milliards de dollars. 25% de ces pertes ont lieu dans les chaînes logistiques ce qui représente de lourdes pertes financières pour les entreprises.

J’ai récemment rencontré Dominique Cagnon de la startup Biotraq. Cette start-up, accompagnée par ToasterLAB, a développé une plateforme connectée pour rendre la gestion de la chaîne du froid plus sûre et plus intelligente et aider les industriels à maitriser la qualité de leurs produits tout au long de la chaîne.  

Pour Dominique, ça ne fait aucun doute : « le modèle actuel de la supply chain dans l’agroalimentaire est obsolète. Trop rigide, il est uniquement basé sur l’optimisation des coûts et du temps de transport. Et en cas de dysfonctionnement (panne de camion frigorifique, mauvaises conditions météorologiques…), le principe de précaution impose de jeter les produits même s’ils sont toujours consommables. »

Face à ce constat, l’urgence d’innover pour optimiser le supply chain devient une évidence : pour gagner en agilité, pour limiter ce gaspillage, mais aussi pour répondre à des exigences plus élevées en termes de qualité des denrées alimentaires, de sécurité et de délais de livraison.

Pister ses produits pour ajuster leur DLC

Si la DLC est une indication obligatoire et garantit une sécurité sanitaire pour les consommateurs, pour Dominique, son calcul est à revoir pour limiter les gaspillages, tant pour les produits finis que pour les ingrédients exploités en production. « Calculée en usine, la DLC est une date prévisionnelle qui ne reflète pas la réalité de la vie du produit une fois sortie de l’usine ».

En effet, l’absence de données sur l’état et la vie du produit pendant les nombreuses étapes de la supply chain (conditions de transport, manutention en magasin, températures réelles selon météo, etc.) ne permettent pas au producteur d’anticiper son espérance de vie réelle.

C’est là qu’intervient Biotraq : son système connecté, composé de capteurs à placer dans les camions ou directement dans les palettes, permet de pister un produit pendant toutes les étapes de la supply chain. Géolocalisation, taux d’humidité, température… : tout est passé au crible pour anticiper précisément l’espérance de vie réelle du produit. « Une vraie révolution ! », revendique Dominique, « qui permet aux producteurs et aux distributeurs de s’adapter de façon dynamique aux conditions réelles des produits qui leur sont livrés » et grâce à l’IA de gérer de manière préventive les situations à risque.

Prenons l’exemple d’une usine de transformation qui attend une livraison de pommes à intégrer dans des produits. En cas de retard de livraison, et sans information sur la qualité réelle du produit tel qu’il sera livré (maturation…), l’industriel peut juger préférable de refuser la marchandise ou de la jeter. A l’inverse, s’il est informé en temps réel du retard et de la condition du produit, il peut anticiper ses plannings de production et planifier une transformation rapide des fruits.

Crédits photos : www.unsplash.com

Innover pour rassurer et satisfaire les consommateurs

En plus de limiter le gaspillage, connaître la vie du produit pendant les étapes de la supply chain permet de donner des garanties de qualité au consommateur, en réponse à leurs exigences croissantes en terme de traçabilité et de nouveaux canaux de distribution (lire notre article ici).

 

Traçabilité et transparence

Réponse connectée au défi de la traçabilité et des demandes d’informations par les consommateurs, la blockchain permet de mettre en place une chaîne vertueuse d’information en sécurisant les données. Elle permet le développement d’applications de traçabilité utilisables par tous les acteurs de la supply chain, des producteurs de matières premières aux transformateurs, distributeurs, et jusqu’aux consommateurs.

On commence à voir des mises en application concrètes de la blockchain, jusqu’alors restée au stade du concept. Par exemple, Carrefour a lancé cette année le suivi par blockchain de ses poulets d’Auvergne, à lire l’article sur LSA). 

Pour plus d’informations sur la blockchain, retrouvez le compte-rendu du Vitagora Café sur ce sujet (exclusivité adhérent)

 

Livraison à domicile

Autre demande croissante des consommateurs : les nouveaux circuits de livraison (voir notre infographie ici). D’après une enquête de l’IFOP sur les attentes des consommateurs en matière d’achat en ligne (2016), pour 62 % des personnes interrogées, la livraison est le critère le plus important lors de l’achat et 84 % des acheteurs sont prêts à changer d’enseigne pour une livraison plus satisfaisante (Source : Stratégie Logistique, hors-série n°9, juin 2016). Or dans l’agroalimentaire, livrer des produits frais est une contrainte supplémentaire. Pour y répondre, des entreprises se spécialisent dans le transport et la livraison de colis réfrigérés : à l’instar de Chronopost, qui a ainsi mis en place un service de livraison express avec une offre de transport dédiée aux produits secs, frais ou surgelés.

Pour aller plus loin

Il s’agit là de quelques bénéfices qu’une optimisation de votre supply chain peut apporter à votre entreprise. En matière d’innovation, en logistique, il n’y a pas de limite : la valorisation des déchets, la prévention des accidents du travail, la mutualisation des moyens sont d’autres leviers d’action.

Au sein de nos équipes à Vitagora, nous souhaitons poursuivre cette réflexion et mener une action concrète en 2019. Si vous êtes intéressé par le sujet, contactez-moi : stephanie.marulier@vitagora.com. Et pensez à vous abonner à notre blog : c’est gratuit, et vous resterez en veille permanente dans l’innovation agroalimentaire (1 à 2 articles / semaine) !


Pour en savoir plus sur la Blockchain, retrouvez nos articles :
 
La Blockchain : la révolution de la traçabilité
Entreprises de l’agroalimentaire : 5 domaines de la logistique qui peuvent vous faire gagner en coût et en qualité
Packaging : la traçabilité intelligente, du champ à l’assiette

1 commentaires

Partagez votre opinion

ADELINE CADILLON

29 octobre 2018 à 12h13

Article intéressant et bien écrit. Merci Stéphanie !

Nous utilisons des cookies afin de mesurer l’audience de notre site et d'optimiser votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la politique d’utilisation des cookies.

J'ACCEPTE EN SAVOIR PLUS