16 avr. 2019

La gestion de crise : des pistes innovantes pour mieux s’armer en amont et pendant

 

Entrée de la matière première, allers et venues du personnel et des prestataires, sortie des produits finis, accès des camions de marchandise, etc. : une entreprise de l’agroalimentaire n’est pas en vase clos et, malgré toutes les précautions d’hygiène et de qualité, aucune entreprise ne peut être à l’abri d’une crise.

 

Composition précise de la cellule de crise, fiches « terrain » pour vous guider pas à pas à chaque étape de la crise, identification d’un porte-parole : il existe de nombreuses « bonnes pratiques » pour accompagner votre entreprise dans la gestion de crise (retrouvez ces bonnes pratiques lors de la formation proposée le 20 juin prochain par l’AREA BFC). En plus de cela, il existe des solutions innovantes pour mieux gérer, mieux anticiper, voire même éviter, la survenue d’une crise.

La gestion de crise : des risques à considérer

La crise dans le secteur agroalimentaire représente des risques majeurs : un enjeu de sécurité sanitaire pour les consommateurs, en premier lieu, et également, au niveau de l’entreprise, des rappels de produits, un manque à gagner, un arrêt total de la production pendant le traitement, des délais de ré-entrée des opérateurs, la destruction de produits et de matière première, des coûts du retour au stock, un impact sur la réputation de l’entreprise auprès des clients et des consommateurs, etc.

 

Dans un exemple cité par rentokil.fr, un fournisseur américain de farine a ainsi subi une perte de près de 6 millions de dollars suite au rappel de 4 500 tonnes de farine (prix de vente d’une tonne = 1 100 $) – soit un coût indirect de près d’1 million $ supplémentaire au seul manque à gagner du rappel de produits (lire l’exemple ici).    

 

A eux-seuls, les insectes alimentaires représenteraient une perte moyenne de 32 512 € par an à une entreprise agroalimentaire et « 60% des entreprises qui ont souffert d’une infestation par des parasites des produits stockés ont rapporté une perte annuelle de revenus comprise entre 1 et 9 % » (source : Stop nuisibles).

 

En ce qui concerne l’impact sur l’image de marque, difficilement mesurable mais qui s’inscrit dans le long terme, une étude réalisée par Harris Interactive en 2017 indique que 21% des consommateurs qui ont été concernés par un problème de rappel n’achèteront plus jamais de produit du même producteur.

En amont : anticiper la survenue de crises sanitaires grâce à la méthode innovante des germes modèles

Altération de la durée de vie du produit, de son goût, de son apparence, et risque de toxi-infections alimentaires : la crise en agroalimentaire est majoritairement d’ordre sanitaire. Au total, 80% de ces toxi-infections alimentaires seraient dues à des micro-organismes pathogènes. Ceux-ci se retrouvent de façon hétérogène dans les produits alimentaires, notamment les produits secs, ce qui rend les approches de vérification par échantillonnage insuffisantes.

 

Stérilisation, pasteurisation, étapes de nettoyage, extrusion, chauffage etc. Votre entreprise est d’ores et déjà armée pour combattre ces pathogènes. Mais comment valider l’efficacité de vos procédés de destruction des pathogènes ? Cela peut passer par une méthode innovante et préventive de validation des procédés : les germes modèles.

 

Méthode « de validation des mesures de contrôle » reconnue par le Codex Alimentarius, il s’agit d’introduire volontairement des « germes modèles » : c’est-à-dire, des bactéries inoffensives, extrêmement caractérisées et qui ont fait l’objet d’une multitude de tests, qui imitent le comportement des bactéries pathogènes en usine pour stimuler la contamination… et vérifier l’efficacité de vos procédés de destruction.

 

Découvrez l’expertise du réseau de Vitagora sur cette méthode innovante dans cet article « compétences et expertise » (réservé aux adhérents de Vitagora – se connecter à son compte)

Pendant : mieux gérer la crise grâce à une traçabilité innovante

Malgré toute les précautions prises, lorsqu’une crise survient, il s’agit d’agir vite – et bien. Notamment en terme de traçabilité. Or la traçabilité, dans le cadre de gestion de crise, ne signifie pas simplement d’effectuer de procédures de retraits/rappels. Il s’agit également de tracer l’intégralité des produits où se trouver la matière… dont les usages recyclés dans vos autres gammes de produits et co-produits.

 

La blockchain est une solution connectée qui rend possible une chaîne d’information vertueuse en sécurisant les données – de quoi sécuriser la gestion de crise lorsque celle-ci survient. La blockchain permet en effet le suivi de la traçabilité par l’ensemble des acteurs de la supply chain, depuis les producteurs des matières premières aux transformateurs, distributeurs, et jusqu’aux consommateurs.

 

Concept médiatisé depuis quelques années, des premiers cas concrets font appel à cette technologie : à l’instar des solutions développée pour Casino par Tilkal (lire l’exemple ici). Cette start-up adhérente de Vitagora, et qui fait partie des « 100 start-up où investir en 2019 » de Challenges, offre une réponse contrôlée à la sécurisation « des processus critiques tels que les rappels produits », et permet « de créer un canal de conversation avec les consommateurs », selon son fondateur Mathieu Hug.

 

Autre application innovante en cours de développement : Num-Alim, le projet de la filière agroalimentaire pour la création d’une plateforme de données « ouvertes, fiables et exhaustives sur les produits alimentaires », prévoit la création d’outils numériques pour doter les acteurs industriels d’une meilleure réactivité en cas de crise sanitaire et lors de mesures de retraits/rappels (en savoir plus sur Process Alimentaire). 

Pour aller plus loin

Faire face à une crise est un exercice délicat toujours redouté des entreprises. Des solutions innovantes existent, permettant à une entreprise de mieux s’armer pour anticiper la survenue d’une crise ou pour la gérer de la façon la plus contrôlée qu’il soit. Au sein de Vitagora, des PME au savoir-faire reconnu à travers le monde travaillent sur ce sujet : contactez-moi pour être mis en relation, elisabeth.lustrat@vitagora.com.

A lire également sur le sujet :

0 commentaires

Partagez votre opinion

LE COVID-19 : INFORMATION IMPORTANTE

Compte-tenu des dernières mesures prises par le gouvernement ce weekend, concernant la situation sanitaire liée à la propagation du virus COVID-19, toutes les réunions physiques, manifestations, et visites en entreprise sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.

Cependant, toute l’équipe Vitagora a adopté des mesures de télétravail et reste entièrement disponible pour répondre à vos questions et demandes liées aux services et projets proposés par Vitagora.

Une cellule de crise au sein de Vitagora liée à l’impact du COVID-19 sur l’activité de nos entreprises agroalimentaires régionales a été mise en place dès le vendredi 13 mars en lien avec l’ANIA et les autorités régionales.

Vous pouvez joindre cette cellule de crise pour toute demande relative à ce sujet au 06 72 39 66 96, Tom Vaudoux, ou par email, au elisabeth.lustrat@vitagora.com.

Nous utilisons des cookies afin de mesurer l’audience de notre site et d'optimiser votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la politique d’utilisation des cookies.

J'ACCEPTE EN SAVOIR PLUS